Comment bien préparer sa randonnée ?

En période de vacances, on se laisse souvent tenter par une longue randonnée en haute montagne. Ce qui oblige à bivouaquer parfois pendant plusieurs nuits. Ces aventures particulières mais mémorables demandent d’être un minimum prévoyant.

  • REVISER SON MATERIEL

Avant de partir en expédition pour une longue randonnée, il est primordial et indispensable d’avoir utilisé son équipement au préalable. C’est important car vous saurez s’il est adapté aux conditions de la future randonnée : chaussures, sac à dos, vêtements de pluie etc. De même, il est vivement conseillé d’avoir testé et bien assimilé le montage et le démontage de sa tente. Cela vous évitera le jour même d’être en panique car vous ne savez plus comment vous y prendre. Il sera tout aussi sage de compartimenter ses affaires à l’intérieur du sac à dos avec des poches plastifiées. Afin d’organiser et protéger au mieux son portage.

  • CORPS SAIN POUR ESPRIT SAIN

Afin d’habituer votre corps et organisme à un rythme de randonnée prononcé, les semaines précédant celle-ci, il est recommandé de multiplier les marches de 3-4heures plusieurs fois par semaine. Il faudra privilégier les parcours escarpés, notamment dans le but d’habituer ses muscles à la marche en montée et en descente tout en étant accompagné de votre sac à dos chargé. Chaque kilo en trop est un effort supplémentaire à fournir. Une bonne hygiène alimentaire est également de mise bien avant le départ. Privilégiez les féculents et céréales à index glycémique bas (pâtes, riz, pommes de terre…). Pour votre alimentation en randonnée, prévoyez une ration de 3 000 à 3 300 calories par jour afin de couvrir les besoins énergétiques et, surtout, pensez à vous hydrater, éventuellement avec une eau additionnée d’une pincée de sel et légèrement sucrée. En montagne, l’air plus sec favorise la déshydratation. Enfin, limitez la viande pour éviter les crampes.

  • MARCHER EN HAUTE ALTITUDE

Randonner en haute montagne requiert de travailler votre endurance, de vous préparer musculairement, et, bien sûr, de vous acclimater à l’altitude. Notez qu’ici le rythme de marche doit être différent, plus lent et régulier de manière à ce que le corps puisse gérer un effort beaucoup plus intense. L’altitude et l’accumulation des jours de marche ont leur incidence sur le physique, le mental peut, lui aussi, être mis à rude épreuve pour des raisons contextuelles (éloignement, sensation d’isolement, difficultés d’adaptation à l’environnement). Il est donc préconisé de se préparer en réalisant de courtes randonnées en altitude.

Prévoir des étapes relativement courtes permet de ne pas accumuler trop de fatigue et de cela permet également de vous parer aux imprévus : retrouver son chemin, s’abriter d’une averse, se caler sur le rythme d’un membre du groupe en difficulté. En partant tôt, le randonneur s’évitera aussi le désagrément d’une arrivée de nuit sur le campement.

Avant le départ, pensez à détailler votre itinéraire à une personne qui, en cas de problème, pourra relayer ces informations.

Autres articles qui pourraient vous intéresser

Combloux : un hiver à la hauteur

Cet hiver, prenez de la hauteur ! Partez à la …

LaRosiere
La Rosière : la station qui se renouvelle !

Entrez au cœur de la plus italienne des …

Quel sac à dos choisir pour une randonnée, un …

Élément indispensable dans la chaîne de …